[mailto:info@relaxationsante.com]
[./plan_du_site.html]
[./reflexions_page1.html]
[./info_relaxation_page1.html]
[./je_nettoie_mon_corps_interieurement.html]
[./cours_relaxation.html]
[./info_sante_page1.html]
[./mes_reflexions_page1.html]
[./musicotherapie.html]
[./bulletin_informations.html]
[./conference.html]
[./spa_sante.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Qui suis-je ?
Relaxation
SANTÉ MC
Fondatrice des Éditions Relaxation-Santé, je suis
également auteure, productrice de disques de relaxation, ainsi que conceptrice et animatrice de cours de relaxation et de comportement alimentaire. La santé a toujours été une passion pour moi.

Comment en suis-je venue à m'intéresser à la santé ?

C'est surtout suite à une sérieuse maladie à l'âge de 22 ans que j'ai commencé à comprendre qu'il n'arrive jamais rien pour rien. Ayant frôlé la mort de très près, j'ai alors réalisé que j'étais maître de ma vie, qu'elle soit agréable ou pas. C'est lorsque je suis arrivée à l'article de la mort que j'ai fait le choix conscient de continuer à vivre au lieu de vouloir mourir. Après avoir pris cette décision, j'étais alors convaincue que je survivrais malgré les pronostics bien sombres des médecins. Tout le personnel médical me tenait pour morte dans les heures qui suivirent mon admission aux soins intensifs.

Durant ma convalescence, j'ai commencé à chercher les raisons de cette maladie. C'est ainsi que j'ai pu me rappeler que, 2 mois avant mon hospitalisation, j'avais décidé de ne plus vivre. Je venais de réaliser que la maladie est une forme de suicide qui ne paraît pas comme tel. Personne ne se serait douté de ma décision de mourir d'une maladie. Quelle façon discrète de se suicider!

Cette démarche échelonnée sur plusieurs années, et amorcée en solitaire, m'a fait réaliser que les causes premières de ma maladie étaient surtout d'ordre émotionnel et psychique (pensées et perceptions des événements), alors que les causes secondaires étaient reliées à l'alimentation. Je me suis posé des questions et j'ai eu des réponses intérieurement. C'est donc à l'âge de 23 ans que j'ai commencé à être à l'écoute de mon corps, des signaux qu'il me donnait lorsque quelque chose ne lui convenait pas. C'est ainsi que j'ai été amenée à changer constamment la qualité de mon alimentation, ce que je fais encore aujourd'hui, mois après mois afin de m'adapter aux transformations de mon corps. Une meilleure alimentation n'est certes pas le seul remède à la maladie, mais c'est  d'abord et avant tout l'aspect psychologique qui a de l'impact sur la santé. C'est donc dire que j'ai également dû faire face aux blessures profondes qui grugeaient mon énergie et mon corps. Ne pouvant pas tout changer d'un seul coup, j'ai donc accepté, bon gré mal gré par moments, de faire une longue route vers le beau et le bon. C'est ainsi que mon corps et mon âme m'ont dirigée et me dirigent toujours sagement et graduellement vers la santé. Je suis maintenant en pleine forme alors qu'il était très rare de l'être lorsque j'étais jeune femme dans la vingtaine. Le fait d'être en santé a ramené la sérénité, l'énergie, le goût de vivre et le goût du travail dans mon quotidien. Cela dit, retrouver la santé n'est tout de même pas une garantie pour l'avenir. Il convient de demeurer en contact avec sa sagesse intérieure, être patient et maintenir les bons choix.


Ateliers en comportement alimentaire

En 1981, j'ai commencé à mettre sur papier ma vision des choses, le fruit de mon expérience personnelle, ma façon d'aborder le problème de surplus de poids. J'innovais à l'époque puisque peu de choses avaient été faites dans ce sens. C'est ainsi que, au fil des années qui ont suivi, j'ai conçu et aminé des ateliers en comportement alimentaire basés sur une approche globale comprenant l'aspect alimentaire et psychologique. Il s'agissait de retrouver le plaisir de manger, de voir les aliments et le corps comme des amis et non comme des ennemis, de différencier le langage de la vraie faim et de la fausse faim, de manger des aliments plus sains et plus nourrissants, d'apprendre à se relaxer, à trouver des solutions aux causes de stress et de ne surtout pas se mettre au régime, car je savais que les diètes sévères étaient dangereuses pour la santé et ne faisaient qu'accroître la reprise de poids.

Ayant entendu parler de mon approche, plusieurs nutritionnistes, infirmières et certains psychologues sont venus suivre mes ateliers afin d'intégrer ces nouvelles notions dans leur pratique professionnelle. Aujourd'hui, j'entends certains psychiatres de grande réputation, certains thérapeute ou psychologues tenir les mêmes propos que je tenais dans les années 80. Je me dis alors que j'avais raison, que j'étais sur la bonne voie dans ma façon de travailler.

Comment j'en suis venue à produire des disques de techniques de relaxation

Dans mes ateliers et conférences, j'improvisais des séances de relaxation, je me laissais inspirée en observant les gens qui se détendaient en suivant mes directives. J'employais des images nouvelles au fur et à mesure que je dirigeais mes détentes. Les commentaires de l'assistance me donnaient du feed-back sur ma façon de procéder.

Pour moi et pour qui que ce soit, la chose la plus difficile à faire en relaxation est d'arriver à faire le vide mental, d'arrêter de penser, de se mettre au neutre. À force de pratiquer, j'ai développé des images mentales et affirmations  qui m'ont permis de me détendre de plus en plus rapidement. Il m'arrive parfois d'y arriver en quelques secondes. J'avais également observé qu'aussitôt que la tête est détendue, le reste du corps se détend très rapidement. C'est pour cette raison que, dans mes albums de détentes dirigées, je débute toujours par la tête.

Autre élément pour arriver à se détendre est l'emploi de sons et d'images qui suggèrent ou induisent la détente automatiquement. Par exemple, lors d'un cours suivi à Québec, j'avais retenu une image qui induit la détente rapide des muscles en les imaginant comme des bandes élastiques qu'on relâche. Un enfant peut très bien suivre une telle directive. D'ailleurs, plus une chose est simple, plus elle est efficace.

Autre atout important est que, d'après les commentaires de l'assistance, ma voix est douce et apaisante. J'ai dû me fier à leur dire puisque je n'ai jamais reconnu ce timbre particulier de ma voix.

En 1983, c'est donc suite à de nombreuses demandes de la part de ma clientèle que j'ai accepté de produire une première cassette que je ne vendais qu'à l'intérieur de mes ateliers, album intitulé " Je nettoie mon corps intérieurement ". J'étais donc allée dans un studio d'enregistrement, aujourd'hui très réputé, pour faire l'enregistrement de ma voix et du montage de la bobine maîtresse. Environ un an après cette première production, il m'est venu aux oreilles que ma cassette était copiée à divers endroits au Québec, surtout par des professionnels de la santé. Je fus très étonnée. Premièrement, je n'avais pas réalisé que mon matériel était aussi bon et deuxièmement, j'étais déçue d'apprendre que mon matériel était piraté. Alors, je me suis dit : " Aussi bien la mettre sur le marché et en profiter un peu au lieu que de laisser quelques personnes malhonnêtes profiter du fruit de mon travail et de mon investissement. "  C'est ainsi que j'ai lancé mon premier album sur le marché en 1984 après l'avoir rééditée afin de l'améliorer quelque peu. À ce jour, cette version est encore sur le marché mais en format CD. Deux autres albums ont vu le jour.

S'il n'y avait pas eu autant de piratage de mes albums, j'aurais vraiment souhaité en produire d'autres. Ce problème majeur décourage autant les auteurs, les producteurs, les distributeurs que les marchands. Et c'est encore plus difficile dans un champ d'action comme le mien puisque nous ne sommes pas soutenus par les médias comme le sont les artistes populaires. Il est important que les gens comprennent le bien-fondé du respect des autres et voient un peu plus la portée de leurs gestes.

En attendant que la porte des cœurs s'ouvre encore plus, je continue à vivre principalement de l'enseignement tout en rêvant à mes prochaines productions. Je ne suis pas à court d'idées, loin de là. Voyons ce que l'avenir nous réserve!


Lise Solange Pelletier